"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Vivre avec le syndrome de l’imposteur : conseils de freelances expérimentés

Le syndrome de l’imposteur, ou de l’autodidacte est un « trouble » dont souffrent de nombreux freelances. Ça vous parle  ? Comment y faire face ?

Suis-je assez doué·e ? Mes clients vont-ils apprécier mon travail ? Vais-je pouvoir réclamer de l’argent pour cette mission ? Voici des idées de panique qui touchent de nombreux freelances. Ils ou elles souffrent, autrement dit, du syndrome de l’imposteur. Cet article vous propose quelques conseils pour mettre fin à cette spirale négative de pensées.

État d’esprit

Comprenez que vous pouvez et devez parfois commettre des erreurs : elles vous en apprendront plus que tout le reste. Si un problème survient, prenez le temps de réfléchir : que s’est-il passé exactement ? Quelles actions avez-vous entreprises ? Comment allez-vous agir désormais ?

“Fake it till you make it” (Feindre jusqu’au succès), telle est ma devise. Je me lance parfois dans un projet qui ne relève pas à 100 % de mes compétences, mais qui me captive au plus haut point. J’apprends alors beaucoup de choses. Il m’arrive aussi de douter : « Est-ce que je vais être démasqué·e ? Ai-je assez de talent ? Non, après vingt ans de carrière, je n’ai jamais rien vécu de pareil. »

Effet Dunning-Kruger

Connaissez-vous ce biais cognitif ? Il s’agit d’un phénomène psychologique qui se manifeste chez les personnes incompétentes qui surestiment leurs propres capacités. Si vous ignorez presque tout d’un sujet, vous avez plus confiance en vous que si vous en saviez beaucoup. Plus vous vous immergez dans un sujet, plus vous réalisez à quel point vous en savez peu, ce qui vous donne parfois l’impression d’être plus bête. Autant le savoir quand on étudie quelque chose en profondeur.

Les 4 questions de Byron Katie

Si une croyance limitative vous trotte dans la tête, essayez de la reformuler à l’aide des quatre questions formulées par l’auteure et conférencière Byron Katie. Elle a mis au point une méthode d’introspection connue sous le nom de The Work of Byron Katie autour de 4 questions : Est-ce vrai ? Puis-je absolument savoir si c’est vrai ? Quelle réaction suscite en moi cette pensée ? Qui serais-je sans cette pensée négative ?

En répondant à ces questions, vous allez détecter des pensées peu réalistes ou même des mensonges éhontés, ce qui vous amènera à vous intéresser davantage aux opportunités.

« En tant que freelances, nous ne saluons pas assez nos petites réussites. Pourquoi ne pas déjeuner avec des amis quand vous décrochez une mission importante, ou profiter d’une promenade après avoir travaillé de longues heures pour tenir les échéances ? Non, nous croyons avoir quelque chose à fêter uniquement lorsqu’il y a beaucoup d’argent sur notre compte ou que le client de nos rêves vient frapper à la porte. On continue donc à se sous-estimer et à ne pas reconnaître ce que l’on a déjà accompli. »

Carnet de bord

Tenez un carnet contenant vos petits succès et les compliments reçus. Si un homologue freelance vous envoie une chouette carte, si vous recevez un e-mail d’un client satisfait de votre travail, conservez tout. Revenez-y quand vous traversez une période difficile.

Réseau

Des recherches menées par l’université du Michigan ont montré qu’une personne sur trois ressent un malaise après avoir fait défiler son fil d’actualité sur Facebook. La raison ? Submergés par le succès des autres, nous avons tendance à nous sentir coupables et à nous rabaisser parce que nos vies semblent moins stimulantes ou agréables.

Ne vous comparez donc pas aux autres. Restez vous-même. Assumez vos qualités et vos défauts. Chaque personne possède des compétences qui lui sont propres et les clients vous dénicheront pour cette raison.

Et last but not least, entourez-vous de personnes qui vous acceptent comme vous êtes, vous soutiennent et vous motivent.

Nathanëlla Monsaert is redacteur en grafisch vormgever. Met haar jarenlange ervaring werkt ze elke communicatie uit van A tot Z. Of hoe ze het liever zelf zegt: van A naar Beeld. Ze is een storyteller pur sang en gaat voor NextConomy vooral op zoek naar boeiende verhalen bij freelancers. Voir tous les articles de Nathanella Monsaert