"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Quel est le niveau de santé de l’emploi freelance ?

Ils et elles sont de plus en plus nombreux à se lancer comme freelance ou à créer leur propre entreprise. Mais quels sont les bienfaits du statut d’indépendant ? La Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail (Eurofound) a mené son enquête.

De plus en plus de personnes se tournent vers entrepreneuriat, en quête de plus d’autonomie et d’autogestion. Mais les freelances gagnent-ils vraiment mieux leur vie, ont-ils un meilleur équilibre vie professionnelle-vie privée, et sont-ils plus autonomes que les travailleurs salariés ?

Un choix délibéré 

Si 60 % des freelances ont délibérément choisi ce type d’existence, plus de 20 % n’en ont toutefois pas décidé. Ce qui signifie qu’un indépendant sur cinq se trouve dans une situation non souhaitée, du fait que c’était pour lui la seule alternative. Le rapport qualifie ces derniers de freelances ‘vulnérables’.

Ces freelances dits vulnérables se trouvent généralement dans une situation de dépendance économique. Ils ne sont pas libres de fixer leurs conditions de travail et le prix de leur travail. En outre, ils ne bénéficient que d’une protection sociale limitée en comparaison de celle accordée à la plupart des emplois de salariés.

Sécurité financière 

Les indépendants ‘vulnérables’ affirment ne pas vouloir être leur propre patron, ou qu’ils ont des difficultés à assumer la responsabilité d’une entreprise. Alors que 9 freelances sur 10 affirment apprécier leur position de patron.

La capacité financière des travailleurs indépendants varie énormément. Les indépendants avec personnel gagnent en moyenne 21 % de plus que les salariés, les freelances gagnent à peu près la même chose, mais les indépendants ‘vulnérables’ gagnent moins.

En outre, plus de la moitié des travailleurs interrogés déclarent n’avoir aucune sécurité financière en cas de maladie.

Vulnérable et dissimulé 

Un quart des travailleurs indépendants se disent ‘vulnérables’ et ‘dissimulés’. Ils utilisent ces termes car ils estiment que leur situation est caractérisée par une dépendance économique, une faible autonomie et une vulnérabilité financière. Avec ‘dissimulé’, le rapport fait notamment référence aux faux indépendants et à ceux et celles qui dépendent d’un très petit nombre de clients.

Intensité de travail 

Deadlines serrées, charge de travail élevée, clients mécontents… l’intensité de travail des indépendants et des salariés ne diffère que de très peu. Par rapport aux indépendants, les salariés sont plus sollicités quantitativement et sont plus souvent perturbés dans leur travail.

Perspectives d’avenir 

Les indépendants qui ont délibérément choisi leur statut sont plus positifs vis-à-vis de leur avenir que les freelances ‘vulnérables’. Une freelance ‘vulnérable’ sur quatre s’attend à ne plus avoir de client ou de mission dans les six mois.

Durée du travail 

On peut considérer que les indépendants disposent de plus d’autonomie et donc d’un meilleur équilibre vie professionnelle-vie privée. Ils ont toutefois tendance à faire des heures supplémentaires, car ainsi ils s’assurent normalement plus de revenus. Le nombre d’heures qu’ils sont autorisés à prester n’apparaît pas dans un contrat.

Les freelances travaillent environ le même nombre d’heures par semaine que les salariés, les freelances ‘vulnérables’ travaillant en moyenne 29 heures par semaine. Ce qui donne à ces derniers plus de flexibilité sur la durée du temps de travail, bien qu’ils indiquent clairement vouloir travailler davantage.

Intégrité sociale 

Le harcèlement, l’intimidation, l’humiliation, etc. sont surtout l’apanage des travailleurs salariés. Mais il semble que les freelances ‘vulnérables’ soient eux aussi régulièrement confrontés à des comportements antisociaux. En effet, environ un freelance sur cinq déclare avoir été victime de violence verbale au cours du mois précédant l’enquête.

Implication, durabilité et équilibre vie professionnelle-vie privée

L’implication, la durabilité et l’équilibre vie professionnelle-vie privée sont des facteurs importants pour le bien-être de chacun sur le lieu de travail, et ce quel que soit son statut, mais aussi pour celui de l’entreprise ou du client. Chacun de nous aime se sentir apprécié et veut retirer de la satisfaction de son travail.

88 % des indépendants et 85 % des salariés interrogés ont déclaré qu’ils souhaitent exercer leur carrière actuelle ou une carrière similaire jusqu’à 60 ans, contre seulement 69 % parmi les freelances ‘vulnérables’.

Pour en savoir plus :

Exploring self-employment in the European Union 

Nathanëlla Monsaert is redacteur en grafisch vormgever. Met haar jarenlange ervaring werkt ze elke communicatie uit van A tot Z. Of hoe ze het liever zelf zegt: van A naar Beeld. Ze is een storyteller pur sang en gaat voor NextConomy vooral op zoek naar boeiende verhalen bij freelancers. Voir tous les articles de Nathanella Monsaert