"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Réglementation ESG : un impact sur le travail freelance ?

Environnement, Social et Bonne gouvernance. Trois mots qui redistribuent les cartes pour les entreprises. Toutes les entreprises ? Et les freelances ? Oui, la récente mise à jour des réglementations européennes en matière de Reporting extrafinancier des Entreprises soulève des questions importantes pour les acteurs économiques. NextConomy fait le point pour les petites structures et les indépendants.

Un cadre pour qui ?

Clarifions immédiatement : la Directive CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive) ne concerne pas directement les freelances. Mais bien les entreprises de plus de 250 employés générant un CA supérieur à 45 millions d’euros. La règlementation leur impose de réaliser un reporting non financier de leurs activités. En d’autres mots, un focus sur les aspects ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) d’ici 2025.

Pourtant, il n’est pas impossible qu’indirectement les indépendants soient touchés par la mesure. “Et pour cause, ils font régulièrement partie de la chaîne d’approvisionnement de ces entreprises”, explique Éléonore Dubois, directrice de la Sensibilisation chez UCM.

Une situation désavantageuse pour les “petits” fournisseurs

Montrer patte blanche

La situation fait donc grincer des dents du côté des freelances. “Les grandes entreprises, en quête de conformité, se tournent vers leurs fournisseurs, y compris les freelances, pour s’assurer de leur alignement sur les critères ESG”, poursuit l’experte.

Et, comme il n’existe encore aucun cadre formel encadrant la conformité des petites structures, le défi en termes d’adaptation aux exigences est plus que conséquent. “Par exemple, une grande entreprise en Biotech n’a pas le temps de passer ses fournisseurs au crible. La solution de facilité pour elle sera donc de piocher des sociétés conformes dans la base de données d’un label ou d’une certification comme EcoVadis”. Une situation désavantageuse pour les petits fournisseurs qui pourraient rencontrer plus de difficultés à acquérir une telle certification sans accompagnement ni moyens financiers.

Quand les banques s’en mêlent

Il n’est donc pas étonnant que, même sans obligation de reporting, certains freelances emboîtent d’eux-mêmes le pas des grandes entreprises. “D’autant plus que ces critères de durabilité vont devenir une condition qui dépassera le monde des affaires. Outre l’acquisition d’un marché public, l’obtention d’un financement auprès d’une banque par exemple sera également de plus en plus dépendant de la conformité aux critères ESG”.

L’adoption de stratégies de “technologie verte” sont autant d’opportunités d’optimiser ses coûts et de renforcer sa compétitivité

Des contraintes aux opportunités

Mais, au-delà des contraintes, l’adoption de pratiques RSE peut également engendrer divers avantages. Dont le renvoi, vis-à-vis de ses clients et autres partenaires, d’une image de marque de responsabilité et de solidité. “En outre, l’adoption de stratégies d’optimisation énergétique, de “technologie verte”,  d’économie circulaire et de mobilité verte sont autant d’opportunités d’optimiser ses coûts et de renforcer sa compétitivité.”, selon Éléonore Dubois. “L’écoconception dans l’événementiel, par exemple, permet de réduire les coûts tout en diminuant l’impact environnemental”.

Se lancer dans l’aventure

Mieux vaut dès lors prendre les devants ou, tout du moins, s’informer sur la question. Mais comment s’y prendre ? “ Peu d’organismes peuvent déjà se targuer de conseiller et d’accompagner les petites structures dans une démarche de diagnostic ESG. Cependant, UCM a une cellule d’aide aux indépendants et TPME consacrée aux différentes thématiques – énergie, économie circulaire, réglementation environnementale, liées à l’environnement. En 2024, UCM est fin prête à les accompagner sur les questions relatives aux réglementations ESG”. Il faut donc être préparé à sauter sur la balle. Go go go!

Continuez sur votre lancée :

Bastien Craninx
Bastien Craninx est journaliste et copywriter freelance. Affamé d'histoires à raconter et exalté par les mots et leurs sonorités, il dévoue sa plume aux sujets d'hier et d'aujourd'hui. Particulièrement intéressé par le monde de l'entreprise, il aime en décortiquer les rouages et mettre en lumière ses évolutions, ses secrets, ses nouveautés. Voir tous les articles de #Bastien Craninx

Laisser un commentaire