"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Chief Bullshit Officer ou L’art de mettre des paillettes dans la vie des travailleurs

Dans son dernier ouvrage “Chief Bullshit Officer”, le dessinateur Fix croque, avec beaucoup d’humour, la vie en entreprise. Ses personnages, des animaux en costume-cravate, s’enlisent dans des situations absurdes, remplissant toujours plus d’objectifs bidons direction “le bonheur”. Overdose de jargon californien et de start-up licornes, bienvenue dans un univers de travail pas si loin de la réalité…

Un pied dans l’entreprise, l’autre dans le dessin de presse. L’organisation du travail, Fix en connaît un rayon. Il en a croisé dans sa vie des DRH distants, des geeks à l’ouest, des cadres fatigués et des Chief Bullshit Officer ambitieux. Des personnages types qui sont même devenus les héros de sa nouvelle BD….

Un biotope inspirant

La bande dessinée, sortie en mars 2022, aborde un panel de sujets. Elle s’imprègne des vas-et-viens d’une population aussi complexe que caricaturale, elle pointe avec ironie cette explosion du jargon à l’américaine, un langage excessif, souvent guidé par l’absurdité et nourrit de “bullshit”. “Avec l’arrivée du Covid, le télétravail a pris de la vitesse. J’ai voulu en faire un bouquin. J’ai donc présenté l’idée à mon éditeur et assez vite, on s’est dit qu’il fallait élargir le scope pour aborder plusieurs thématiques. Et l’une d’entre elles, c’était le jargon, le bullshit. Un sujet qui me grattait depuis plusieurs années. Le livre parle donc d’excès de langage, de bullshit. Il parle de télétravail, mais il parle aussi de points de management, de l’égalité homme-femme, d’intelligence artificielle…” explique Fix.

Derrière le bullshit, les paillettes

L’ambiance est au rire et à la moquerie “bienveillante” (pour reprendre un terme bien à la mode). La bande dessinée n’a pas pour vocation d’imposer une vérité ni de dénoncer à tout prix, à tout-va. “Dans la BD, je ne vais pas sur le terrain de la sociologie et je ne parle pas de bullshit jobs . Je parle juste du langage : le jargon qui sert à tout enrober dans un grand cocon de paillettes, le jargon de la Silicon Valley. Je n’adopte pas une posture militante, je n’ai pas une grande vérité à faire valoir. Par contre, la BD peut amener à prendre conscience du côté artificiel d’un certain nombre de choses dans l’entreprise et dans son fonctionnement. Et si on peut partager cette réalité, en rire et en faire un moment complice, que demander de plus ?”

Il y a une overdose, une espèce de dissonance entre ce langage parfaitement merveilleux et la réalité très concrète des choses.

Pourquoi maintenant ?

Mais pourquoi donc le bullshit prend-il autant la lumière ces derniers temps ? Selon Fix, “il y a vraiment eu une tempête de bullshit au début de la transformation digitale et c’est là que tout ce courant s’est mis en place. On a observé une inflation au niveau des mots, du langage, qui a infusé dans le management, un peu partout dans le monde. Cela a transformé la manière d’organiser les entreprises, la manière de faire du business. Aujourd’hui, je pense qu’il y a une overdose, une espèce de dissonance entre ce langage parfaitement merveilleux et la réalité très concrète des choses. Les gens ne sont pas dupes, ils perçoivent bien cette dissonance et s’en moquent gentiment.”

Pour prendre du galon

Les organisations manient le bullshit avec adresse, elles usent et abusent de ce jargon enchanteur, de ces formulations absurdes qui n’ont de cesse de gonfler les égos. Le bullshit distille ses effets, donnant l’illusion du bonheur au travail. “Cinquante ans auparavant, il y avait aussi beaucoup d’absurdité, de manque de sens, de choses inutiles dans les organisations. Mais tout ça s’abritait derrière des histoires de statuts, de hiérarchies, de procédures… Avec la transformation que les entreprises ont connue ces 20 dernières années, on est passé sur des hiérarchies beaucoup plus plates, sur un management plus horizontal, théoriquement plus simplifié, plus informel également. C’est là que le langage prend toute son importance, pour venir rajouter du statut, mais aussi des podiums et des galons sur les épaules. Je pense très sincèrement que dans toute grande organisation humaine, il y aura toujours une grande partie d’absurde. Pour extraire l’essentiel et faire taire le brouhaha des tendances, “le plus simple et sans doute le plus efficace, serait d’intégrer une plus petite organisation. Parce que là on est face aux gens et pas face à leurs casquettes” poursuit Fix.

Le CBO, ce héros !

En parlant de casquettes, qui se cache donc derrière le titre évocateur de Chief Bullshit Officer ? Dans quel environnement s’épanouit-il et avec quelles ambitions ? Fix décrypte ses codes et son langage. “Dans la BD, le rôle du Chief Bullshit Officer est incarné par l’adjoint de mon héros. Il a comme principale caractéristique d’être compétent et surtout de très bien parler. C’est avant tout un communicant. Il est capable de renverser complètement une situation juste par le langage et par les mots un peu brillants, un peu chatoyants dont il use au quotidien. Le CBO est tout à fait audacieux, sûr de lui. Et c’est cette assurance qui fait sa force, c’est-à-dire qu’il peut raconter des conneries pendant un quart d’heure, ce n’est pas grave. Les gens voient juste les étoiles qu’il a envoyées un petit peu partout. Et si on allait toquer à sa porte et qu’on le questionnait sur ses véritables fonctions dans l’entreprise, il répondrait : “Je suis là pour rendre les choses brillantes, pour réenchanter des situations complexes, jeter des paillettes dans tous les sens et même pour apprendre aux autres à draguer.” Un vrai héros !

Avant-goût…

“Regardez la Mort qui vient chercher ce bourreau de travail, fin prête à le faucher, et celui-ci de répliquer ‘Mais comment ça ? Je n’ai pas encore fini de traiter mes mails !’”. Voici un petit avant-goût des situations que Fix met en scène, l’absurde à son paroxysme. Il force le trait, c’est bien évident, mais tient tout de même à garder de l’empathie pour toutes les situations dépeintes. Parce que derrière le cynisme, il y a le réel. Derrière les saillies, il y a les émotions “que j’essaye de transmettre. Il y a une part de vécu qui fait que ça sonne vrai.”

 Pour une bonne tranche de rire, découvrez « Chief bullshit officer : les extraordinaires aventures de la vie de bureau

À propos de l’auteur :

Dès l’enfance, Fix se passionne pour le dessin. Il rêve d’en faire son métier. Durant quelques années, le rêve de gosse est mis en arrière-plan, le temps de passer son diplôme de HEC, d’exercer 12 ans dans un cabinet de conseil à Paris pour, enfin, y revenir. Le crayon s’aiguise, la bande dessinée vient alimenter ses influences et la narration s’invite dans son univers créatif. Du consulting au dessin, on pourrait croire au virage à 180. Pourtant, “l’essentiel de mon travail ce n’est pas de faire des bouquins, c’est de travailler directement avec les entreprises, de faire des illustrations humoristiques lors de séminaires ou de préparer une page de bande dessinée humoristique sur une thématique précise. Je reste beaucoup en contact avec la vie des grands groupes.”

Continuez sur votre lancée :

Reshaping Work : le rendez-vous de tous les protagonistes ! 

L’automatisation du travail est-elle synonyme d’avenir du travail ?

“La digitalisation est une opportunité pour le marché du travail. Mais il existe un paradoxe” 

Anne-Sophie Beaujean
Créatrice de contenus, Anne-Sophie est passionnée d’écriture, curieuse et captivée par le pouvoir des mots. Des fenêtres qui ouvrent et éclairent nos communications. Freelance, elle met sa plume au service de l’entrepreneuriat et questionne les nouvelles tendances RH. L’avenir du travail, un sujet qui n’a pas fini de faire couler son encre… Anne-Sophie is een content creator, gepassioneerd door schrijven. Ze is nieuwsgierig, geboeid door de kracht van woorden en zorgt voor deuren die opengaan en onze communicatie vergemakkelijken. Als freelancer gebruikt ze haar pen voor ondernemerschap en stelt ze nieuwe HR-trends in vraag, zoals de toekomst van werk, een onderwerp waar nog steeds veel over wordt geschreven ... Voir tous les articles de Anne-Sophie Debauche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.