"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

La semaine de 4 jours : une affaire qui roule ?

Les pionniers de l’avenir du travail n’ont pas attendu l’entrée en vigueur officielle du “deal pour l’emploi” pour instaurer la semaine de 4 jours. Chez Gentis, c’est le rythme depuis plus de 15 mois. Rencontre avec Stéphanie Reniers qui le confirme : « ça fonctionne, mais pas pour tout le monde ».

Chez Gentis Recruitment, c’est l’heure du bilan dans le cadre de la semaine de 4 jours. Si vous suivez la CEO Stéphanie Reniers sur LinkedIn, une de ses dernières publications ne vous aura pas échappée. A la question répétitive ‘Est-ce que ça fonctionne vraiment ?’, sa réponse est ‘Oui, ça fonctionne vraiment, mais ça n’est pas adapté à tout le monde’.

Difficile pour les jeunes recrues

« Il faut savoir qu’en Belgique, on est sur des contrats de 38 heures par semaine de 5 jours. Au début, on a obligé tout le monde à travailler 36 heures par semaine de 4 jours, du lundi au jeudi. Donc 4 x 9 heures, puisqu’en Belgique la loi interdit de travailler plus de 36 heures sur 4 jours.

Et ça a sensiblement augmenté le stress auprès des juniors et des jeunes recrues. Ils se retrouvaient complètement submergés de boulot. Ils y arrivaient, mais ils prenaient un tsunami de travail avec l’interdiction de travailler le vendredi. Tout le monde devait intégrer la méthodologie des 4 jours.

Une situation très compliquée à gérer. Replongez-vous 1 an en arrière :

  • En pleine période COVID.
  • Des confinements à répétition.
  • Tous les jours à la maison. »

J’ai souhaité instaurer la semaine de 4 jours pour augmenter et améliorer la flexibilité de mes collaborateurs, pas pour leur imposer un mode de vie.

On n’était pas assez flexibles.

« A l’inverse, ceux qui aiment faire la fête tout le week-end bénéficiaient donc d’1 jour extra :

  • Jeudi soir fête.
  • Vendredi soir fête.
  • Samedi soir fête.
  • Et dimanche…

Ils arrivaient explosés le lundi.

Au final on s’est dit que 4 jours par semaine c’est bien mais 36 heures en 4 jours c’est dur. Surtout pour les personnes avec des familles. J’ai souhaité instaurer la semaine de 4 jours pour augmenter et améliorer la flexibilité de mes collaborateurs, pas pour leur imposer un mode de vie. »

On a instauré une totale flexibilité.

« On est donc allé un pas plus loin en obligeant un tronc commun de 32 heures à tout le monde. 4 x 8 heures, du lundi au jeudi. Les 6 heures restantes, chacun est libre d’en faire ce qu’il le souhaite sans contrôle de notre part.

Quand certains travaillent le vendredi, d’autres démarrent plus tôt leurs journées et chacun adopte son propre rythme. On est arrivé à un système de flexibilité totale en appliquant la méthode ROWE, qui instaure un environnement de travail orienté résultats.

Donc chacun de mes collaborateurs a des objectifs à atteindre, peu importe la méthode qu’ils utilisent pour y arriver. Certains réussissent en étudiant 2 semaines, d’autres en 6 mois. Certains prennent 20 pause-café sur une journée, d’autres aucune. Certains sont ultra-productifs le matin, d’autres le soir.

On ne loge pas tous à la même enseigne et ce que je veux par-dessus tout, c’est offrir la parfaite harmonie entre flexibilité, responsabilisation et autonomie.

Aujourd’hui, c’est comme ça qu’on fonctionne. Et ça marche. »

Continuez sur votre lancée :

Photo by Israel Andrade on Unsplash

Jean-François Dinant
Jean-François est Créateur de contenu (freelance of course) et amoureux de Communication. Pour lui, les #RH, le #Nouveau Monde du Travail, l’#Entrepreneuriat et la #Transformation Digitale sont ses drogues durs. Jean-François is Content Creator (freelance of course) en in love met communicatie. Voor hem zijn #HR, de #NWOW, #Entrepreneurship en #DigitalTransformation zijn harddrugs. Voir tous les articles de #Jean-François Dinant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *