"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

« Le Chief Freelance Officer est mort »

En 2020, on se demandait si le Chief Freelance Officer était un buzzword ou une réalité ? À l’époque, peu de personnes en portaient le titre. Quelle est la situation en 2022 ? Nos recherches nous ont menées jusqu’à Bertrand Moine, Co-fondateur chez Digital-Village.fr. Il croit, plus que jamais, à la nécessité d’un responsable de la gestion et de la fidélisation des travailleurs indépendants dans les entreprises. Dont acte.

Le Chief Freelance Officer est mort. C’est le titre percutant que Bertrand Moine a choisi pour son article afin de tourner tous les regards vers un constat assez clair : « Les entreprises collaborent de plus en plus avec les freelances, néanmoins elles n’ont en général pas de véritable stratégie leur permettant d’optimiser leur relation avec cette nouvelle force de travail ». En fait c’est déjà en 2016 qu’il préconisait la création du poste de « chief freelance officer » (CFO). Aujourd’hui il ose prendre le contrepied de son intuition.

Il faut mettre en place une structure qui permet d’accueillir et d’intégrer les freelances.

Gig economy vs talent economy

Entre le DRH et le Directeur des achats, le CFO aurait été chargé de la gestion et de la fidélisation des travailleurs indépendants. Car l’essor du travail indépendant fait partie des bouleversements majeurs de l’organisation du marché du travail. « Cette forme de travail correspond notamment à des aspirations sociétales nouvelles. On peut distinguer certains travailleurs souvent peu qualifiés qui subissent leur indépendance, et les experts qualifiés qui choisissent ce statut pour donner une nouvelle dimension à leur vie professionnelle » explique Bertrand Moine.

Où reste la stratégie d’intégration des freelances ?

Il est l’heure. L’heure pour les entreprises de s’inscrire dans une approche de Total Talent Management. La montée en puissance de la freelance economy implique une remise en question de la conception de la gestion des ressources humaines. C’est aussi l’avis de Bertrand Moine : « Les entreprises sont amenées à collaborer avec des travailleurs de statuts différents : salariés et freelances travaillent de plus en plus ensemble, main dans la main. Mais pour véritablement en tirer profit il faut mettre en place une structure qui permet d’accueillir et d’intégrer les freelances. » Sur le terrain, le co-fondateur de Digital-Village observe trop souvent que la relation reste transactionnelle et menée par Procurement. « Certains utilisent déjà des Freelance Management System (FMS). Néanmoins, ces pratiques s’inscrivent dans une vision très administrative, juridique et économique. Rares sont les entreprises gérant leurs freelances de manière véritablement intelligente. L’absence de centralisation rallonge les délais de recrutement et rend difficile de trouver la « pépite » que l’on attendait. »

Il faut impérativement que les services des ressources humaines prennent la main sur la gestion des freelances.

Place au RH

Quelque chose continue à frapper Bertrand Moine : « La gestion des freelances est en général confiée à la direction des achats. De leur côté, les RH sont associées aux seuls salariés. Il existe donc un vide entre service des ressources humaines et direction des achats qu’il m’avait, dans un premier temps, semblé souhaitable de combler par cette fameuse nouvelle fonction de CFO. Mais force est de constater que très peu d’entreprises ont créé de tels postes, restant dans un modèle classique de gestion des freelances par les services des achats. Il faut impérativement que les services des ressources humaines prennent la main sur la gestion. Cela permettrait que les travailleurs indépendants soient considérés comme une ressource propre de l’entreprise, et non plus comme simples sous-traitants externes. »

Sources : Bertrand Moine sur LinkedIn

Continuez sur votre lancée :

 
Jean-François est Créateur de contenu (freelance of course) et amoureux de Communication. Pour lui, les #RH, le #Nouveau Monde du Travail, l’#Entrepreneuriat et la #Transformation Digitale sont ses drogues durs. Jean-François is Content Creator (freelance of course) en in love met communicatie. Voor hem zijn #HR, de #NWOW, #Entrepreneurship en #DigitalTransformation zijn harddrugs. Voir tous les articles de Jean-François Dinant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.