"Exploring the future of work & the freelance economy"
SLUIT MENU

Pourquoi la consumérisation du travail modifie les fondements de l’entreprise

A l’instar du consommateur roi et de son “tout, tout de suite” qui s’empare du système capitaliste, le travailleur veut pouvoir imposer ses vues, ses exigences, ses conditions de travail. Dennis Pennel nous explique pourquoi la consumérisation du travail, tout comme les crises sociétales, a profondément modifié les fondements de l’entreprise.

Un nouveau paradigme

De l’individualisation, de cette soif de liberté, à la financiarisation du capitalisme, Denis Pennel explique comment la société et l’économie ont eu un impact considérable sur notre rapport au travail. L’entreprise ne vit pas en vase clos, elle s’imprègne des mouvements sociaux et intègre les changements, quoi qu’en dise la réticence de certains directeurs RH. La difficulté pour eux ? S’adapter aux nouvelles attentes des jeunes générations et à leur comportement de plus en plus consumériste..

Le Covid, cet accélérateur de particules

Liberté et sens ont fait leur chemin au sein de la population active, et cela, bien avant la crise du Covid. La pandémie n’a pas créé de nouveautés, elle a juste mis un point de lumière sur les mutations en cours. Denis Pennel l’a d’ailleurs décrite comme un véritable accélérateur de tendances. En 1980, une première diversification des formes d’emploi a eu lieu avec l’émergence de l’intérim, des cdd…, c’était la fin de l’unité d’action. Dans les années 2000, c’est la diversification du temps de travail qui a pris de l’ampleur (travail de nuit, horaire flexible…), jusqu’à cette troisième crise et la digitalisation des sociétés, qui ont complètement fait exploser le triptyque temps, lieu et action. Les bureaux ne constituent plus le lieu de travail par excellence, le télétravail est désormais légion. Et si le travail rime de plus en plus avec liberté, il reste encore et toujours tributaire de notre société de surabondance.

C’est quoi le problème avec notre consommation ?

Le consommateur cherche son paradis coûte que coûte, quitte à jeter le travailleur tout droit dans les bras de l’enfer. Ironie du sort, le consommateur EST le travailleur. Ne formant qu’une seule et même entité, ils se confondent dans un comportement qui pourrait s’apparenter, selon Denis Pennel, à un comportement schizophrénique. Aujourd’hui, on veut tout, ici et maintenant, à moindre prix et le plus vite possible. Problème ? Il faut des mains (et des cerveaux) pour produire ces biens mais aussi les servir, en temps réel. Par conséquent, le travailleur se voit contraint d’adapter sa relation de travail pour devenir plus flexible et répondre ainsi à la demande immédiate. Nous sommes passés du bonheur différé au bonheur instantané. Une nouvelle alliance s’est créée entre actionnaires et consommateurs faisant complètement basculer notre modèle économique.

Doucement mais sûrement, on engage le tournant vers un meilleur équilibre des pouvoirs au sein de l’entreprise.

La solution citoyenne

La valeur actionnariale induit un vrai cercle vicieux, une course effrénée vers le profit, avec des actionnaires de plus en plus rémunérés, un consommateur privilégié et un travailleur broyé. Face à la financiarisation du capitalisme, cette dérive de notre système économique, Denis Pennel remet la valeur humaine au centre du débat. Le citoyen doit tenir son rôle de conciliateur, se faire l’intermédiaire de la relation consommateur-travailleur, il doit nuancer les attentes. A l’heure du développement durable, de la conscience écologique et de la responsabilité sociale, on se rend compte des limites de la financiarisation et de son emprise. Doucement mais sûrement, on engage le tournant vers un meilleur équilibre des pouvoirs au sein de l’entreprise.

La généralisation du salariat, pendant l’ère industrielle, ne sera peut-être plus qu’une parenthèse dans l’Histoire.

Prendre le meilleur du passé pour l’adapter au présent

Denis Pennel le constate, le futur du travail ressemble étrangement au passé. Avec la plateformisation de l’économie, le travail n’est plus fonction du temps mais bien du nombre de tâches à accomplir et de leur réalisation. Depuis l’avènement du travail à distance, on revient à une forme d’artisanat, les gens travaillent chez eux, dans une temporalité choisie avec une seule obligation : celle du résultat. La généralisation du salariat, pendant l’ère industrielle, ne sera peut-être plus qu’une parenthèse dans l’Histoire. L’avenir, toujours selon notre expert du travail, sera mixte : le salariat retrouvera un équilibre et l’on assistera à une montée des travailleurs indépendants. Ajoutée à tout cela, une dose d’innovation… 

Vers une sécurisation des parcours pro… 

L’innovation selon Denis Pennel c’est la création d’un nouveau contrat social, fondé sur le maintien d’une protection sociale pour toutes les formes de travail, qu’il ne s’agisse plus uniquement du privilège des salariés dans l’entreprise. Les carrières se coupent, se mettent en pause, se transforment, se tordent, varient…, en clair, elles ne sont plus linéaires. Afin de garantir une stabilité à tous les travailleurs, quels qu’ils soient, Denis Pennel appuie sur l’importance de sécuriser les parcours professionnels. Une utopie ? Non, pas pour notre défricheur professionnel qui soutient le réalisme de sa vision au travers d’un exemple simple : les agences intérim. Elles réussissent à créer de la stabilité malgré des situations temporaires, des missions qui changent du jour au lendemain. Dans un contexte économique de plus en plus complexe, la réhumanisation du travail, l’équilibre, le rapprochement de l’individu et du travail deviennent une nécessité, si pas une urgence.


A propos de Denis Pennel :

Denis Pennel, depuis plus de 20 ans, voue un intérêt tout particulier à l’avenir du travail. Il défriche les nouvelles tendances, fait le point sur les grandes mutations de notre époque et y consacre même plusieurs ouvrages. Directeur de la World Employment Confederation, il admet avoir une place d’observateur privilégiée. Du haut de son poste, comparaisons internationales, échanges et réflexions s’opèrent…


Source :

Invité dans l’émission belge “50 minutes avec” (présentée par Pierre Fagnart pour la chaîne d’infos LN24), Denis Pennel revient sur les grandes évolutions du monde du travail, en particulier durant le 20ème et 21ème siècle. (Émission complète)

Continuez sur votre lancée :

Anne-Sophie Beaujean
Créatrice de contenus, Anne-Sophie est passionnée d’écriture, curieuse et captivée par le pouvoir des mots. Des fenêtres qui ouvrent et éclairent nos communications. Freelance, elle met sa plume au service de l’entrepreneuriat et questionne les nouvelles tendances RH. L’avenir du travail, un sujet qui n’a pas fini de faire couler son encre… Anne-Sophie is een content creator, gepassioneerd door schrijven. Ze is nieuwsgierig, geboeid door de kracht van woorden en zorgt voor deuren die opengaan en onze communicatie vergemakkelijken. Als freelancer gebruikt ze haar pen voor ondernemerschap en stelt ze nieuwe HR-trends in vraag, zoals de toekomst van werk, een onderwerp waar nog steeds veel over wordt geschreven ... Voir tous les articles de Anne-Sophie Debauche