Robby Vanuxem, managing director Hays Belgium « Vos collaborateurs ? Des thinking partners en puissance ! »

Robby Vanuxem a commencé sa carrière comme consultant en RH voilà une vingtaine d’années et ne s’attendait pas à ce que, quatorze ans plus tard, il soit déjà à la tête de Hays Belgium. Ces six dernières années, il a fait évoluer Hays vers l’un des leaders du marché belge. En proposant, d’une part, un service complet de recrutement et de sélection, tant pour les emplois permanents que temporaires, et, d’autre part, une gamme de solutions d’externalisation dans le domaine du recrutement (RPO, MSP et VMS). Comptant plus de 180 collaborateurs, Hays dessert désormais le marché belge au départ de huit bureaux. Trouver à chaque fois la bonne personne pour le bon emploi représente une mission gratifiante, car chaque “mariage” idyllique entre un client et un candidat a un impact positif sur les affaires et la vie en général. De son bureau à Anvers, Robby Vanuxem nous soumet trois conseils à notre réflexion.

Cet article fait partie de la rubrique de NextConomy « Une CEO se dévoile », un espace où les CEO évoquent leur vision de l’avenir du travail. Comment voient-ils le monde du travail et le marché de l’emploi évoluer ? Comment réagissent-ils ? Y voient-ils une opportunité ou plutôt une menace ? Quelle est leur vision du monde ?

CONSEIL N° 1 : une flexibilité à tout-va est inutile

« L’après-confinement a entraîné une grande flexibilité. Ce « mot magique » devient même presque synonyme de bien-être au travail. Chaque entreprise fait de son extrême flexibilité son atout majeur. Nous devons toutefois réfléchir avec soin à la manière d’organiser ces horaires flexibles dans une optique de durabilité et dans l’intérêt du client. Il ne faut pas tomber dans le piège qui consiste à penser que le télétravail à tout-va offre la solution optimale à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Dans les grandes entreprises, on constate que l’opinion est divergente : d’aucuns trouvent qu’une trop grande flexibilité dans le travail hybride est tout simplement inadéquate. Il ne sert à rien de transformer votre bureau en un espace de vie agréable. Les collaborateurs doivent encore être en mesure de se concentrer, au sein d’une certaine structure, éventuellement.

CONSEIL N° 2 : vous devez valoriser votre culture d’entreprise et les connaissances que vous avez acquises.

Robby Vanuxem constate qu’un nombre plus en plus grand de collaborateurs dans le secteur des RH opte pour un statut de freelance. « En soi, c’est une bonne évolution, notamment matière de modularité et d’efficacité des coûts. Mais où est la limite ? Combien de freelances et de collaborateurs flexibles une organisation peut-elle gérer avant de voir ses connaissances diminuer et sa culture d’entreprise en souffrir ? De quel noyau permanent avez-vous besoin pour conserver votre propre identité et votre ADN en tant qu’entreprise ? Ce sera une question difficile, mais importante que devra se poser tout management. »

CONSEIL N° 3 : la diversité, ce n’est pas une idée marketing vide de sens

La diversité est un aspect important de la politique RH. Les entreprises ne doivent pas la reléguer à une campagne d’image de marque de l’employeur agrémentée de slogans fantaisistes. « Pensez à de belles photos d’entreprise présentant une diversité saisissante, mais en réalité inexistante. Chaque employeur devrait se rendre compte qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire pour parvenir à une culture d’entreprise ouverte. Nous vivons dans une société très hétérogène et le personnel doit également en tenir compte. Dans ce cas, bien sûr, la diversité va beaucoup plus loin que, par exemple, placer un certain nombre de femmes au sein d’une direction d’entreprise. S’occuper de la diversité arrive de surcroît beaucoup trop tard : les employeurs devraient déjà travailler à l’inclusion. « Le talent est partout. Mais d’abord, il faut une approche réfléchie, par exemple en continuant à faire participer les baby-boomers qui possèdent une riche expérience et en s’efforçant d’obtenir un équilibre entre les générations dans la population. La “diversité et l’inclusion au travail” impliquent aussi d’offrir des possibilités d’emploi et un environnement favorable aux personnes talentueuses handicapées, d’origine immigrée ou issues de la communauté LGBTQ. Un lieu de travail aussi diversifié et inclusif que possible offre une barrière contre la discrimination. » Un groupe de travail Hays a élaboré un programme de formation à l’intention de tous les collaborateurs sur la manière de faire face à une éventuelle discrimination dans le cadre de leurs contacts avec les clients.

Mon leitmotiv

« Vos collaborateurs ? Des thinking partners en puissance ! »  Un manager doit décider et conseiller. En ma qualité de manger, j’estime à ce que les collaborateurs réfléchissent (d’abord) eux-mêmes à une solution, qu’ils considèrent un défi comme une opportunité de croissance. Ou comme un indicateur de leur besoin de coaching ou de formation. Et ça me fait plaisir de les écouter me proposer des idées concrètes. Autant tirer le meilleur. Mais, d’abord penser par eux-mêmes ! »


Hays Belgium site

Philip Verhaeghe is een onafhankelijk adviseur en een freelance redacteur voor vakbladen, bedrijven en organisaties. Focusseert op ‘ondernemen’ in al zijn vormen: van de legaltech start-up tot en met maatschappelijk verantwoord investeren. Onderzoekt zowel de nieuwste trends als de klassieke uitdagingen die elke dag opnieuw het verschil kunnen maken in de bestuurskamer of het directiecomité.

Is als expert ‘deugdelijk bestuur’ verbonden aan Etion en Toolbox. Werkte als algemeen secretaris voor VKW, het Instituut voor Bestuurders, Corgo en RNCI.

Always in for a game of chess or a tweet.

Voir tous les articles de Philip Verhaeghe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *