« Nous vivons une époque formidable qui s’ouvre sur de nombreuses opportunités ! »

Bettina Schaller est confiante dans l’avenir : « Des millions de postes sont à pourvoir dans le monde entier ainsi que des emplois à profusion. Je scrute avec intérêt les perspectives qui se présentent à nous sur le marché du travail ! »

En sa qualité de Présidente de la Confédération mondiale de l’emploi (WEC), Bettina Schaller est bien placée pour observer la situation. Elle se trouve dans une position unique lui permettant de suivre aux premières loges l’évolution du marché du travail à travers 50 pays.

Le marché du travail en pleine mutation

« Les différences entre les pays sont parfois très importantes », dit-elle au cours de l’entretien. Gouvernements, organisations et individus à part entière voient également la situation en général se compliquer à tout va. De nouvelles incidences inédites si nombreuses sont au rendez-vous. Songez simplement à la pandémie et à son impact sur nos vies et notre travail. Les environnements où les entreprises opèrent et mènent leurs activités ont dans certains cas complètement changé. Au terme de la pandémie de coronavirus, un grand nombre de personnes changera sa façon de considérer le travail dans sa vie. Sans compter la rapidité à laquelle évoluent les innovations technologiques et leur impact sur le lieu de travail, son mode et son rythme. En résumé, le marché du travail évolue sur tous les fronts et se transforme à la vitesse de l’éclair. »

Conférence de 3 jours

Ce thème est aussi le fil conducteur d’une conférence (en ligne) de trois jours organisée par la Confédération mondiale de l’emploi (WEC) début septembre 2021, intitulée « Steering a labour market in transformation’. (Piloter un marché du travail en mutation). La Confédération mondiale de l’emploi (WEC) avait coutume d’organiser ces réunions annuelles à des endroits fort agréables, mais cette année, place à un événement virtuel. Question de sécurité sanitaire.

« 4 axes seront explorés en profondeur au cours de cet event de trois jours, à travers des conférences, des tables rondes et des ateliers », explique Bettina. Une ouverture orchestrée par Peter Hinssen et son « The Day after Tomorrow » (Le jour d’après), un véritable moment révélation pour tous. Les thématiques proposées sont : l’évolution des attentes de la population active, comment utiliser avec intelligence des ressources technologiques, comment réussir malgré l’incertitude croissante. En guise de clôture, une attention toute particulière sera accordée aux marchés du travail en Espagne et en Amérique latine. »

Le changement constitue le fil rouge des thèmes qui seront explorés. La conférence tentera d’y voir plus clair en simplifiant cette complexité. « Le changement est le fil rouge de ces quatre domaines. C’est le ‘Comment’ qui nous intéresse. Nos membres pourront y contribuer. Au cours de la conférence, nous partagerons aussi nos réflexions sur les changements à apporter au marché du travail en vue d’en optimiser le fonctionnement pour tout à chacun. »

La mutation est loin d’être une nouveauté sur les marchés du travail. La pandémie de COVID-19 a néanmoins amplifié bon nombre des tendances déjà observées, complexifiant ainsi le monde du travail. Le moment est venu de dénouer cette situation complexe !

L’objectif ? Un marché du travail aux performances renforcées

Les perspectives de la Confédération mondiale de l’emploi (WEC), c’est quoi ? « À quoi pourrait ressembler un marché du travail parfait ? », ai-je demandé à Bettina. Elle y répond avec enthousiasme : « Le marché du travail se doit d’être plus durable, plus inclusif – personne ne peut être mis sur la touche. Et il doit proposer du travail décent ; un sujet qui figure également à l’ordre du jour de l’OIT. La flexibilité doit aussi être moins entravée. Les gouvernements doivent de toute urgence prêter davantage attention à ce type de problématiques. Elles doivent absolument être placées en tête des ordres du jour de la classe politique. »

Bettina entrevoit aussi un autre défi : l’uniformisation à court terme des règles du jeu et du cadre législatif des plateformes en ligne et des intermédiaires classiques. Une approche très fragmentée est à l’ordre du jour complétée par des règles inégales. Les membres de la Confédération mondiale de l’emploi (WEC) disposent aussi d’un code de conduite qui ne s’applique pas à ces plateformes.

Les politiciens font campagne en période électorale avec des slogans comme “l’emploi, avant tout !”, mais dans les faits, rien ne change à vrai dire. Rester sans rien faire est inimaginable face aux mutations du monde du travail. »


La Confédération mondiale de l’emploi (CME) est le porte-parole du secteur privé des services de ressources humaines à l’échelle mondiale. Elle représente à la fois des fédérations nationales et des entreprises proposant des services de placement dans quelque 50 pays. Les membres de la Confédération mondiale de l’emploi représentent une large panoplie de services RH, y compris le travail intérimaire, le recrutement direct, la gestion de carrière, le Recruitment Process Outsourcing (RPO) et le Managed Service Provider (MSP).

La Confédération mondiale de l’emploi (WEC) traite un grand nombre de sujets relatifs au monde du travail et à ses évolutions. Par exemple la question du besoin d’adapter le système de sécurité sociale à la nouvelle réalité du travail, la formation aux nouvelles compétences, les réformes du marché du travail, le RGPD, la diversité et l’inclusion…

En savoir plus sur la Confédération mondiale de l’emploi (WEC), Consultez le site web.

Vous souhaitez participer à la conférence WEC des 6,7 et 8 septembre 2021 ? Obtenez toutes les informations et inscrivez-vous ici.


À propos de Bettina Schaller

Membre du Conseil d’administration de la Confédération mondiale du travail (WEC), Présidente de WEC Europe, Bettina Schaller est aussi Vice-présidente de la commission BIAC de l’OCDE sur l’emploi, le travail et les affaires sociales, membre de la Task Force du B20 « Future of work and Education ». Elle participe aux travaux du Forum mondial sur la migration et le développement (FMMD). Elle est aussi membre du groupe de pilotage « Education, Gender and Work » du Forum économique mondial (WEF) et fait office de personne de contact pour le réseau mondial Global Apprenticeship Network (GAN). Nommée Young Leader de l’American Swiss Foundation (ASF) en 2011 et membre du Conseil d’administration de l’ASF Young Leader Alumni Foundation, Bettina Schaller a été nommée « Staffing 100 Europe Influencer » en 2017, 2018 et 2019 et se retrouve dans le palmarés des 50 premières lauréates internationales du « Global Power 100 – Women in Staffing ».

Marleen Deleu – Director Trends & Insights NextConomy – on a mission to bring insights and expertise to the freelance workforce and users of contingent labor in Belgium

Voir tous les articles de Marleen Deleu